Auteur/autrice

Jaclyn Bellomo

Senior Director of Cosmetic Science and Regulatory Affairs

Réglementations sur les cosmétiques dans les pays de l’ASEAN  : la Directive cosmétique de l’ASEAN

Juin 5, 2024

En ce qui concerne la Directive cosmétique de l’ASEAN, il est important de savoir que l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Association of Southeast Asian Nations, ASEAN) est un groupe commercial intergouvernemental régional composé des dix pays d’Asie du Sud-Est  : Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande et Vietnam.

Depuis que le commerce mondial est devenu plus compétitif, la région ASEAN a tenté de construire une alliance économique solide pour améliorer la facilitation du commerce.

La création de la directive cosmétique ASEAN

En 2003, les pays membres de l’ANASE ont reconnu la nécessité de mettre en place des réglementations en tant que norme collective. Cela a conduit à la signature d’un accord sur le régime réglementaire harmonisé cosmétique de l’ASEAN (AHCRS[1]).

Les pays ont convenu de travailler ensemble pour améliorer la coopération entre les États membres. Ils partageraient également l’expertise requise pour faciliter le commerce et l’importation de produits cosmétiques dans ces pays et dans d’autres pays.

Tout en facilitant le commerce, ils s’efforceraient également d’assurer la sécurité, la qualité et les avantages revendiqués de tous les produits cosmétiques.[2]

Les exigences relatives aux produits cosmétiques ont été mises en œuvre à Singapour en 2008 en tant que directive cosmétique de l’ASEAN (ACD).

L’ACD est un accord entre les pays de l’ANASE pour harmoniser les exigences des produits cosmétiques. Des exigences normalisées établiraient un marché commun et réduiraient les obstacles techniques au commerce dans la région et au-delà.[3]

L’ACD s’inspire du règlement cosmétique 1223/2009 de l’Union européenne (UE) et l’a utilisé comme guide pour développer ses propres réglementations cosmétiques.[4]

Que couvre la directive cosmétique ASEAN  ?

L’ACD décrit les produits cosmétiques comme toute substance ou préparation destinée à être mise en contact avec les différentes parties externes du corps humain.

Cela comprend l’épiderme (couche externe et supérieure), le système capillaire, les ongles, les lèvres et les organes génitaux externes.

Il couvre également les produits qui entrent en contact avec les dents et les muqueuses de la cavité buccale dans le but de les nettoyer ou de les protéger, ou d’améliorer ou de corriger les odeurs.[5]

Parmi les produits qui pourraient être considérés comme des produits cosmétiques, on peut citer les crèmes, les émulsions, le maquillage, les parfums, les déodorants, les produits de nettoyage des cheveux et le blanchiment des dents, etc.

Quelles sont les exigences ACD  ?

Tous les produits commercialisés dans les États membres de l’ASEAN doivent respecter la réglementation cosmétique de l’ACD et de ses Annexes.

Les exigences techniques courantes en vertu de l’ACD comprennent  :

  •  La définition et la portée des produits cosmétiques
  • Une « liste négative » d’ingrédients interdits
  • Une « liste restreinte » d’ingrédients soumis à des limites spécifiées
  • Une « liste positive » des ingrédients autorisés (couleurs, conservateurs et filtres UV)
  • Étiquetage
  • Revendications sur les produits
  • Bonnes pratiques de fabrication (BPF).

Les sociétés de cosmétiques qui fournissent des produits cosmétiques sont chargées de s’assurer que les ingrédients sont sûrs pour une utilisation et ne contiennent pas de substances interdites.

Les sociétés de cosmétiques qui ont l’intention de placer un produit cosmétique sur le marché de l’ASEAN doivent informer individuellement les autorités réglementaires de chaque État membre. Ils doivent informer les États où le produit sera vendu, par le biais d’un processus de notification en ligne, pour approbation préalable à la mise sur le marché.

Une notification de produit doit être déposée par une personne responsable (RP) enregistrée de chaque État membre.

Le RP est désigné pour représenter le produit cosmétique qui sera vendu sur le marché ASEAN. Le RP est responsable de la sécurité du produit et doit soumettre des informations techniques et de sécurité si l’autorité réglementaire de l’État membre le demande.

Le RP doit également tenir à jour le fichier d’informations sur le produit (PIF).[6] Une nouvelle notification de produit est requise si des modifications sont apportées aux éléments suivants  :

  • Nom de la marque
  • Nom du produit
  • Type de produit
  • Formulation
  • Droits de distribution de la société

Le RP désigné par la société cosmétique peut être un fabricant, un importateur, une société de conseil, un agent ou un distributeur du produit cosmétique au sein de l’ASEAN.

Fichier d’informations sur le produit

Tout comme la réglementation cosmétique de l’UE, chaque produit cosmétique nécessite un PIF, qui contiendra les informations les plus importantes sur le produit fini.

Le PIF est un élément clé qui est nécessaire pour placer des produits cosmétiques sur le marché de l’ASEAN.

Ces informations servent à identifier  :

  • Le produit cosmétique
  • Son évaluation de la sécurité d’emploi pour confirmer que le produit cosmétique peut être utilisé sans danger et ne cause pas de préjudice à la santé humaine
  • La liste complète des ingrédients du produit fini
  • L’emballage, le processus de fabrication et l’étiquetage du produit [7]

Il existe une exigence d’étiquetage ASEAN Cosmetic obligatoire.[8] En utilisant l’ACD comme guide, les étiquettes doivent être rédigées en anglais et/ou dans la langue nationale et/ou dans une langue comprise par le consommateur où le produit est commercialisé.[9]

Les étiquettes sur l’emballage extérieur des produits cosmétiques ou sur l’emballage immédiat des produits cosmétiques doivent inclure  :

  1. Le nom du produit cosmétique et sa fonction (sauf si cela ressort clairement de la présentation du produit).
  2. La liste complète des ingrédients dans l’ordre décroissant correct de concentration et spécifiée en utilisant les normes de nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques (INCI). Les ingrédients considérés comme allergènes ont des exigences d’étiquetage spéciales.
  3. Pays d’origine
  4. Instructions d’utilisation du produit cosmétique (sauf si cela ressort clairement de la présentation du produit).
  5. Nom et adresse du RP
  6. Contenu nominal en poids ou en volume, dans les systèmes métrique ou métrique et impérial.
  7. La date de durabilité minimale (date de péremption) ou la période après ouverture (PAO).
  8. Précautions et avertissements
  9. Le numéro de lot du fabricant.

En vertu de la Réglementation, le FIP doit également contenir des documents qui démontrent l’engagement d’une société de cosmétiques envers les BPF pour la protection de la qualité et de la sécurité de ses produits cosmétiques finis.

Les BPF mettent l’accent sur les exigences des fabricants de cosmétiques pour adopter des outils et des technologies conformes aux normes actuellement établies.[10]

Toute allégation relative aux avantages des produits cosmétiques doit être justifiée par des données justificatives.

Les données doivent démontrer l’efficacité du produit et s’assurer que les allégations implicites n’induisent pas en erreur les consommateurs ou n’exagèrent pas les effets du contenu, de la qualité ou de la sécurité de leur produit.

Les produits cosmétiques prétendant prévenir ou traiter une maladie/affection médicale ne sont pas autorisés dans les produits cosmétiques ou à présenter de telles revendications dans toute publicité pour des produits cosmétiques dans la région de marché de l’ASEAN.[11]

Conformité totale aux réglementations de l’ASEAN

Enfin, le RP responsable de la notification du produit doit s’assurer que chaque lot fabriqué répond aux exigences de l’ACD et ne causera en aucun cas de dommages à la santé humaine.

Cela démontre que le produit cosmétique est entièrement conforme aux réglementations cosmétiques de l’ASEAN.

C’est là que le système d’approbation avant mise sur le marché passe à un système de surveillance après mise sur le marché, afin de garantir une conformité totale avec l’ACD.[12]

Une partie des contrôles post-commercialisation exige que la RP conserve des registres de l’approvisionnement du produit cosmétique.

Les rapports doivent être facilement accessibles au régulateur de l’État membre sur les données justificatives pour toute réclamation, méthode de fabrication, défaut de produit, rappel de produits dangereux et effets indésirables des produits cosmétiques.

Cela garantit l’harmonisation des normes dans le processus de signalement des événements indésirables et facilite également le partage d’informations importantes sur la sécurité des produits cosmétiques entre les organismes de réglementation de l’ASEAN.[13]


Notes de bas de page  :

[1] Nottage, L., Malbon, J., Paterson, J., & Beaton-Wells, C. (2019). Le règlement ASEAN Cosmetics – Trading Up. Dansl’ASEAN, Harmonisation et coopération en matière de droit des consommateurs  : Réalisations et défis(Intégration par le droit  : le rôle du droit et l’État de droit dans l’intégration de l’ASEAN, p. 192-204). Cambridge  : Presse de l’Université de Cambridge.

[2] Réglementation cosmétique ASEAN | Réglementations de la directive

[3] cosmétique ASEAN ChemLinked

[4] dans les pays

[5] ASEAN Directives de la directive

[6] cosmétique ASEAN sur le contrôle de la législation sur les

[7]https://www.hsa.gov.sg/docs/default-source/hprg/cosmetic-products/appendix-ii-04-september-2007a.pdf

[8]https://www.hsa.gov.sg/docs/default-source/hprg/cosmetic-products/appendix-ii-04-september-2007a.pdf produits

[9] cosmétiques et l’enregistrement des produits -CE.way

[10] Annexe VI

[11] Directives sur le contrôle de l’historique des produits

[12] cosmétiques

[13]https://www.hsa.gov.sg/docs/default-source/hprg/cosmetic-products/guidance/attachment-a—a-guide-manual-for-the-industry—adverse-event-reporting-of-cosmetic-products.pdf

Auteur/autrice


Jaclyn Bellomo

Senior Director of Cosmetic Science and Regulatory Affairs

A seasoned expert on the cosmetic industry, Jaclyn's deep understanding and insights on cosmetic regulations brought on with the passage of the Modernization of Cosmetics Regulation Act (MoCRA) are unmatched. Her experience and reputation throughout the global cosmetic industry helps companies worldwide meet the newly enacted FDA regulations under MoCRA.

Related Article


Subscribe To Our News Feed

To top
This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.