Grey rabbit undergoing lab testing for cosmetic products.
Auteur/autrice

Jaclyn Bellomo

Senior Director of Cosmetic Science and Regulatory Affairs

Tests sur les animaux dans les cosmétiques

Juin 5, 2024

Selon Humane Society International, plus d’un demi-million d’animaux souffrent et meurent chaque année en raison de tests cosmétiques et, à ce jour, un peu plus de 40 pays ont adopté des lois interdisant les tests cosmétiques sur les animaux dans le monde entier.[1] Les tests sur les animaux ont été introduits dans les années 1920 en utilisant souvent des méthodes de test mortelles. Dans les années 1940, des lapins ont été utilisés pour les tests d’irritation oculaire et cutanée Draize. Et au cours des années 1950, des tests d’allergie ont été effectués sur des cochons d’Inde.[2]

D’ici 2020, des dizaines de millions d’animaux ont été utilisés pour des tests aux États-Unis uniquement. Ces tests et procédures d’expérimentation tuent la majorité de ces animaux, et la procédure de test ne prendra fin que si les animaux survivent à la fin de l’étude. [3]

Il existe des alternatives aux tests sur les animaux, dont l’une utilise la culture de la peau humaine. De nombreux pays du monde entier commencent maintenant à agir contre la cruauté animale et à adopter des alternatives respectueuses des animaux. Certains pays ont maintenant adopté une législation interdisant les tests sur les animaux dans les cosmétiques. [4]

Règlement sur les cosmétiques dans l’UE (1223/2009)

Le règlement (CE) n° 1223/2009 du Parlement européen et du Conseil du 20 novembre 2009 relatif aux produits cosmétiques interdit la mise sur le marché européen des produits cosmétiques lorsque la formulation finale, les ingrédients ou les matières premières ont fait l’objet d’essais sur des animaux. [5]

La réglementation définit le « produit cosmétique » comme toute substance ou tout mélange intentionnellement mis en contact avec les parties externes du corps humain, y compris l’épiderme, le système capillaire, les ongles, les lèvres et les organes génitaux externes. Alors que la « substance » est un élément chimique et ses composés à l’état naturel ou acquis par toute procédure de fabrication. Cela inclut tout additif essentiel au maintien de sa stabilité et toute impureté issue du procédé utilisé mais à l’exclusion de tout solvant qui peut être détaché sans affecter la stabilité de la substance ou modifier sa composition. Cependant, en septembre 2021, le parlement européen a voté pour un plan à l’échelle de l’UE visant à éliminer progressivement les tests sur les animaux dans le but de conduire l’élimination active des animaux utilisés à toutes fins scientifiques. [6]

Tests sur les animaux aux États-Unis

La Food and Drug Administration (FDA) interdit la vente de produits cosmétiques mal étiquetés et « adultes », mais n’exige pas que des tests sur les animaux soient effectués pour démontrer que les produits cosmétiques sont sûrs, comme indiqué dans la loi fédérale sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques (Federal Food, Drug and Cosmetic Act, FD&C Act). [7] La loi n’exige pas que les produits et ingrédients cosmétiques, autres que les additifs de couleur, soient approuvés par la FDA avant leur mise sur le marché. Par conséquent, il incombe au fabricant de justifier la sécurité des ingrédients et des produits cosmétiques finis avant leur commercialisation.[8]

Actuellement, seuls sept États américains ont interdit les tests sur les animaux pour les cosmétiques (Californie, Illinois, Hawaï, Maine, Maryland, Virginie et Nevada). [9] Cependant, la loi Humane Cosmetics Act a été introduite au Congrès en 2019 qui vise à mettre fin aux tests de sécurité sur les animaux des produits cosmétiques aux États-Unis ainsi qu’à la vente de produits cosmétiques qui ont été testés sur les animaux. [10]

Tests sur les animaux au Canada

Le Canada soutient l’utilisation des animaux pour les tests médicaux et de santé. [11] Santé Canada a estimé qu’il était nécessaire de comprendre comment l’organisme fonctionnera dans différentes conditions, y compris ses mécanismes de réparation et de protection.  Cependant, de nombreuses organisations et membres du public s’opposent aux tests sur les animaux, en particulier aux tests cosmétiques. [12]C’est pourquoi le projet de loi S-214 a été introduit au Sénat par le sénateur Stewart Olsen, qui vise à interdire les procédures d’essais sur les animaux dans le développement de produits.[13]

En réponse à la demande publique, certains fabricants de cosmétiques ont volontairement éliminé les tests sur les animaux sur les cosmétiques. Par le biais de publicités et de brochures sur les produits, de nombreux consommateurs canadiens ont pris conscience des entreprises qui ne sont pas soumises aux tests sur les animaux. Cela a augmenté les ventes de cosmétiques au Canada qui ne sont pas testés sur les animaux.[14]

Les pays de l’ANASE se tiennent debout pour l’expérimentation animale

L’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Association of Southeast Asian Nations, ASEAN), qui comprend le Brunei, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam, a mis en œuvre la Directive cosmétique (Directive cosmétique) de l’ASEAN en 2008 qui vise à harmoniser les exigences en matière de produits cosmétiques et à réduire les barrières commerciales dans toute la région. [15]  Cet accord stipule que l’entreprise cosmétique est responsable de la mise sur le marché de son produit et de la sécurité du produit, cependant, il n’indique pas clairement quelle méthode utiliser, laissant la responsabilité à l’entreprise.  D’autre part, les Directives de l’ASEAN pour l’évaluation de la sécurité d’un produit cosmétique stipulent que dans presque tous les cas, les tests de produit fini ne nécessitent pas l’utilisation de tests toxicologiques sur les animaux. [16]

Selon le Dr Alain Khaiat, président de Seers Consulting à Singapour et ancien président de l’Association cosmétique de l’ASEAN (ACA), les autorités réglementaires des pays de l’ASEAN n’ont jamais discuté de la question des essais sur les animaux, et que la question de l’interdiction des essais sur les animaux n’est pas une priorité pour les autorités de l’ASEAN, car il n’y a pas de pression de la part des consommateurs ou de l’industrie, bien que la plupart des entreprises n’effectuent pas d’essais sur les animaux, et les consommateurs en sont conscients.  Il a également ajouté que les tests sur les animaux ne sont actuellement ni interdits ni obligatoires.

Tests sur les animaux en ASIE

Les pays asiatiques en dehors de la région ASEAN n’ont pas suivi une approche unifiée des tests sur les animaux, car beaucoup n’ont pas encore mis en œuvre d’interdictions ou d’augmentation de leur acceptation des données d’essais non animaux dans les cosmétiques.  Avec l’augmentation des réglementations pour les tests sur les animaux en Amérique du Nord, dans l’UE et au Royaume-Uni, certaines entreprises de ces régions ont externalisé leurs tests vers des pays asiatiques où il existe des réglementations laxistes, moins de contrôles et moins d’implication du public, ce qui rend une interdiction à l’échelle de l’Asie peu susceptible d’être mise en œuvre prochainement.

La Chine va mettre fin aux tests sur les animaux pour les cosmétiques

La Chine reste l’un des rares pays à avoir besoin de tests sur les animaux avant de commercialiser des produits de beauté. Cependant, en 2019, la National Medical Product Administration chinoise a commencé à poser les bases essentielles pour moderniser considérablement les réglementations en matière de sécurité cosmétique. [17] Le 29 juin 2020, le conseil d’État a publié la version mise à jour du règlement chinois sur la supervision et l’administration des cosmétiques (CSAR) qui a remplacé le règlement existant sur la supervision de l’hygiène des cosmétiques (CHSR) qui a été publié en 1989. Selon le document, les tests sur les animaux ne seront plus obligatoires, les évaluations de la sécurité d’emploi étant acceptées à la place des tests sur les animaux. [18]

Initiative d’autres pays sur les tests sur les animaux

Israël, la Turquie, l’Inde, Taïwan et la Corée du Sud ont interdit les tests sur les animaux alors que le Japon est encore en train de s’orienter vers des produits cosmétiques sans cruauté envers les animaux en éliminant progressivement les tests sur les animaux.

Australie et Nouvelle-Zélande en tant que nations sans cruauté envers les animaux

L’Australie et la Nouvelle-Zélande ont rejoint la tendance mondiale croissante à l’absence de cruauté envers les animaux, car elles unissent leurs forces avec l’UE et plusieurs autres pays qui interdisent les tests cosmétiques sur les animaux.

Depuis le 1er juillet 2020, l’Australie a finalement mis en place une interdiction des tests cosmétiques sur les animaux après que le Système australien d’introduction des produits chimiques industriels (AICIS) a remplacé le Système national de notification et d’évaluation des produits chimiques industriels (NICNAS) en tant que nouveau régulateur national de l’importation et de la fabrication de produits chimiques industriels. [19]

Dans le même ordre d’idées, la Nouvelle-Zélande a également rejoint le mouvement sans cruauté envers les animaux, étant l’un de ces pays pour interdire les essais sur les animaux de produits cosmétiques. L’annonce a été faite fin mars 2015 et est introduite en vertu de la nouvelle loi sur le bien-être des animaux. [20]

Campagne Be-Cruelty Free

La Humane Society International s’engage à mettre fin à l’expérimentation animale pour toujours, car elle vise à créer un monde durable pour tous les animaux par l’éducation, la défense et la promotion de la bienveillance et du respect.[21] Grâce à cette campagne, les efforts continus pour développer une approche alternative de l’expérimentation animale sont en cours et seront bientôt réalisés avec l’aide de scientifiques d’universités, de sociétés privées et d’agences gouvernementales du monde entier qui soutiennent cette initiative.


[1] https://www.humanesociety.org/resources/cosmetics-testing-faq

[2] https://www.hsi.org/issues/be-cruelty-free/

[3] https://www.washingtonexaminer.com/opinion/op-eds/lets-end-animal-testing-in-2020

[4] https://www.wired.com/2016/12/inside-lab-grows-human-skin-test-cosmetics/

[5] https://ec.europa.eu/health/sites/health/files/endocrine_disruptors/docs/cosmetic_1223_2009_regulation_en.pdf

[6] https://www.hsi.org/news-media/breaking-win-for-lab-animals-european-parliament-votes-in-favour-of-plan-to-end-animal-experiments/

[7] https://www.fda.gov/cosmetics/product-testing-cosmetics/animal-testing-cosmetics

[8] https://www.fda.gov/cosmetics/cosmetics-laws-regulations/fda-authority-over-cosmetics-how-cosmetics-are-not-fda-approved-are-fda-regulated

[9] https://www.humanesociety.org/resources/cosmetics-testing-faq#:~:text=As%20of%20July%202021%2C%20seven,laws%20banning%20cosmetics%20animal%20testing.

[10] https://www.congress.gov/bill/116th-congress/house-bill/5141/text

[11] http://www.aboutanimaltesting.co.uk/animal-testing-canada.html

[12] http://www.aboutanimaltesting.co.uk

[13] https://openparliament.ca/bills/42-1/S-214/

[14] http://www.aboutanimaltesting.co.uk

[15] https://www.hsa.gov.sg/docs/default-source/hprg/cosmetic-products/guidance/agreement-on-asean-harmonized-cosmetic-regulatory-schemeedaa6d19e137419492b9d165cd892a2a.pdf

[16]https://aseancosmetics.org/uploads/UserFiles/File/post%20marketing%20surveillance/SAFETY_ASSESSMENT_GUIDELINES.doc

[17] https://www.cosmeticsdesign-asia.com/Article/2020/09/09/China-animal-testing-Limitations-remain-for-companies-seeking-exemption-from-animal-tests

[18] https://www.totallyveganbuzz.com/news/china-end-animal-testing-cosmetics/

[19] https://www.industrialchemicals.gov.au/

[20] http://legislation.govt.nz/act/public/1999/0142/latest/DLM49664.html

[21] https://www.hsi.org/

Auteur/autrice


Jaclyn Bellomo

Senior Director of Cosmetic Science and Regulatory Affairs

A seasoned expert on the cosmetic industry, Jaclyn's deep understanding and insights on cosmetic regulations brought on with the passage of the Modernization of Cosmetics Regulation Act (MoCRA) are unmatched. Her experience and reputation throughout the global cosmetic industry helps companies worldwide meet the newly enacted FDA regulations under MoCRA.

Related Article


Subscribe To Our News Feed

To top
This site is registered on wpml.org as a development site. Switch to a production site key to remove this banner.